vendredi 3 septembre 2010

La Rentrée - La Maison de Mes Rêves

L'armoire de Camille nous invite à parler de La rentrée, ainsi :
"Et vous ? Quel souvenir revient à votre mémoire ? Drôle, Emouvant ? Racontez le moi via notre adresse mail : larmoiredecamille@gmail.com Le 30 septembre, après un vote très très sérieux par le Jury composé de moi même, de ma tendre moitié, d'une ado, d'une amie et d'une cliente. Le meilleur souvenir sélectionné recevra un petit cadeau de l'Armoire de Camille. "
Voici ce qu'évoque pour moi la rentrée :
La rentrée était pour nous synonyme d'une activité que nous devions impérativement et immuablement faire, chaque année, à la veille de la rentrée des classes.
Nous, les enfants, nous étions "réquisitionnés" pour le ramassage des pommes de terre dans la Terre de Cotte dont mon oncle Henri était l'exploitant.
Cette journée débutait fort tôt le matin. Le cheval harnaché avec soin était attelé à un char. Sur le char, étaient installés la charrue et nos "outils de travail". La petite tribu prenait place en dernier. Nous quittions la ferme, et après quelques centaines de mètres, un kilomètre tout au plus, nous étions arrivés à "La Terre".
Là, débutait notre folle journée.
La charrue avait remplacé le char, le cheval traçait un sillon le plus droit possible, au rythme de la voix de l'homme et des consignes qu'il connaissait parfaitement. Après son passage, la terre ainsi ouverte laissait apparaître les fameuses pommes de terre.
Et c'est à ce moment-là que nous nous mettions à l'ouvrage. Face à ce premier rang, nous avions un sentiment de démesure, de découragement aussi. Ils semblaient faire des dizaines de kilomètres, ces rangs !!! Nous avions l'impression que nous n'en verrions jamais la fin. Il y en avait une dizaine ainsi. Le dos courbé, nous ramassions, mon frère et mes sœurs, les pommes de terre, avec obligation de faire un tri sérieux. Les petites ou les pommes de terres abîmées par le soc de la charrue allaient dans les grandes bassines en zinc. Elles serviraient à nourrir les cochons des fermes. Les "Belles" comme nous le disions seraient consommées par les deux familles. Les uns après les autres, nos seaux remplissaient les sacs de jute.
A midi, c'était LA PAUSE - comme nous l'attendions ce moment ! Assis sur une couverture à l'ombre du bois, nous savourions le casse-croûte préparé par Tante Joséphine. Et puis : une petite sieste. "Juste le temps de se reprendre", comme disaient les frères. Et voilà nous retournions à notre tâche.
Nous ne quittions la terre que lorsque nous avions achevé le ramassage des PATATES. Là, le cœur léger, le corps épuisé, nous rentrions fiers et heureux. Cette année encore, nous avions réussi à aller jusqu'au bout de nos rangs. Il ne restait plus qu'à décharger dans chaque ferme la production.
Et nous savions bien à l'exécution de cette tâche, que le lendemain ou le surlendemain, nous repartirions vers d'autres lieux.
Il en était fini des soirées d'été, de la liberté, de nos horaires calqués sur ceux du soleil, de notre vie au rythme de la couleur du ciel. Déjà, une nouvelle blouse avait été dépliée sur nos lits.
La rentrée scolaire était là et allait modifier nos rythmes de vie.
(Tonton Henri, sa jument, ici avec la faneuse, dans la terre de Cotte)
Vue chez Mireille, qui elle-même avait été inspirée par Irma de "Soupières & vieilles dentelles", nous sommes invités à vous présenter la Maison de nos rêves. La mienne est dans ce cadre.et voici

35 commentaires:

jean-pierre a dit…

bonjour Tataze . et oui les traditions changent ! je ne retrouve plus les senteurs de mon enfance et de mes rentrées a l'école . bonne journée et gros bisous

maevina a dit…

ben deux belles notes en une seule!!! ce sont de beaux souvenirs de travaux des champs, en fait pour eux, l'école, c'étaient des vacances !
Quant à la maison, on ne peut que la deviner grande et majestueuse !

autourdupuits a dit…

Une belle histoire que vous nous contez là,pleine de charme et de poésie même si le moment était important car c'était une partie des repas à venir qui dépendait de ces journées.
Histoire que pourraient raconter mes enfants mais sans la jument,c'est drôle l'autre jour un d'eux me racontait la journée "on arrache les pommes de terre" avec mon père,c'était un des grands moments de l'été,même si c'était réduit à juste quelques rangs..

Je vois que vous nous avez laissé la clé ,où avez vous caché le sécateur?
Car il va y avoir du travail dans le jardin,mais ce sera un plisir ne serait-ce que pour ensuite pouvoir se ressourcer dans ce charmant logis qui semble être un pigeonnier non?
Bonne journée

sergine a dit…

quels beaux souvenirs et tres touchants
effectivement pour vous enfant ca devait etre une journée plus que harassante, quand je pense que je faisais la tete pour ramasser les notres et il ne devait surement pas en avoir autant que chez toi!!!
j'aime beaucoup ta peite maison de reves
grois bisous a roi ma belle

christian.lagues a dit…

Tu as un réel talent d'écrivain. Si si je t'assure. Moi qui ai perdu le goût de la lecture, et surtout le temps, pour le coup, je suis resté scotchée. Pour le choix de la bicoque, entièrement d'accord. Elle est pleine de charme et de romantisme. Bisous. Titane

beige & blanc a dit…

un bien joli souvenir, et tu racontes si bien les histoires, une belle façon de commencer la journée.
Bon week end
Nath

beige & blanc a dit…

un bien joli souvenir, et tu racontes si bien les histoires, une belle façon de commencer la journée.
Bon week end
Nath

Miss et Nathy a dit…

Joli souvenir empreint de nostalgie et merveilleusement conté !
Jolie mise en images de la maison rêvée !
Bye
Nathy

tanette2 a dit…

Regret de ne pas voir la photo qui ressemble à un pigeonnier d'après les commentaires....mais grand plaisir à lire cette histoire si bien racontée. Les enfants autrefois avaient la chance d'apprendre à participer aux travaux, de bonne heure, et ça leur faisait de bons souvenirs. Que restera t'il comme souvenir à ceux qui de nos jours n'ont pas connu tout ça et passent leurs vacances à regarder la télé ou à jouer sur leur ordinateur ??? où iront-ils chercher le goût au travail ???

Annick a dit…

Quelle belle histoire et puis que de beaux souvenirs
J'adorais allé à la campagne chez mon grand-père bon pas de patate mais des animaux partout notre petit poney et sa petite cariole
C'était le bon temps
Les temps ont bien changé, ordi et télé sont le lot des gamins maintenant
Elle est belle ta maison de rêves

Grso bisous

Annick

tede a dit…

Passionnante ta petite histoire de ramassage de patates, ça me rappelle chez ma grand-mère avec les moissons, la fenaison et bien sur les patates que l'on triait aussi pour les cochons, ils avaient droit à une bonne soupe, du vrai bio :)) Superbe ta maison, je veux la même!!! Belle journée, bises.

zip de zoup a dit…

Comme elle est belle la maison de tes rêves, Tataze, mais c'est un château, ouh là, quel entretien, c'est superbe mais il faudra prévoir un jardinier... J'avoue que je passerai bien un moment dans ce parc, avec toi pour me raconter ces belles histoires de ton enfance avec ce cheval et ce tonton qui vous embauchait, je vais voir si je trouves quelque chose mais pas beaucoup de photos, je le crains de mes années d'école... faut voir, j'extrapolerai peut-être !
Gos bisous Françoise

jean luc a dit…

C'est savamment conté ! un vrai plaisir de lire tes rentrées d'antan. Maintenant la cueillette de la patate se fait dans les barquettes des MC DO. Bravo , quel talent !
Bises et à bientôt

Alba a dit…

Je viens de découvrir votre blog que j´ai parcouru avec plaisir

A très bientôt donc.

Merci de votre commentaire sur mon blog (tarte Tatin).

solène a dit…

mais qu'elle est belle ton histoire d'enfance et si bien racontée ! ça ne devait pas être facile et de tout repos mais c'était ainsi - il fallait que les enfants participent à la vie de travail - comme tout celà a changé ! je ne suis pas sûre que ce soit en bien ...
ah ! l'enfance ... quelle nostalgie ! tu m'as émue car quelques souvenirs sont revenus des veilles de rentrée ...
je t'embrasse fort pour ce soir de vendredi ..
Solène
j'oubliais ta maison de rêve :
personnellement, je trouve le
jardin trop bien rangé mais la tour en pierre, j'adore !

Agnès a dit…

Que de beaux souvenirs et tu as la chance d'avoir conservé cette photographie de ton oncle avec sa jument qui te rappellent tous ces moments passés.
Bon week-end
Agnès (la casanière)

Kristin a dit…

une photo superbe!! et une belle façon de présenter la vie à cette période...

mamie Sido a dit…

Un bien beau souvenir de rentrée, plain d enostalgie et d'émotion !! Quant à la maison d etes rêves, on devine que nous sommes nombreux à en avoir une semblable dans nos têtes...Un endroit calme et fleuri, un banc sous le sombrages, une maison ancienne pleine de souvenirs, ni trop petite ni trop grande où accueillir tous ceux que l'on aime.
Bonne soirée.

Mathilde a dit…

Comme ils sont beaux , tes souvenirs d' enfance...Les patates t' ont appris le sens de l' effort...Eh oui! quand on est petit les sillons paraissent plus longs...malgré ça vous alliez jusqu'au bout...Magnifique..!
c' est un si bel exemple...
Tu ne vas pas me croire , mais Dimanche j' ai photographié une machine à déterrer les patates...si ingénieusement conçue...:-)
Je suis admirative des gens de la terre et cela depuis toujours...puisque mes vacances et mon bonheur , moi fille de la ville
c' était de faire les foins avec mes grand-parents et le reste de la famille en Lozère.... !
J' arrête là pour ce soir en te faisant de grosses bises pleine de poussière.. !!!

Viviane a dit…

Jolie histoire si bien racontée et beaux souvenirs qui sentent bon la campagne et les trésors qui s'y cachaient.
Une maison de rêve en effet que cette ancienne tour mais je trouve que le jardin ne s'accorde pas trop avec....
Bonne soirée, à bientôt.

Emmanuel T a dit…

Quelle superbe maison, vraiment ! Je t'imagine, simple et souriante à la fenêtre.
Mais t'a modestie et ton goût de la nature t'ont fait mettre quelques branches devant !

saturne200 a dit…

bonsoir Tataze
une bien belle histoire que tu nous a conté.
bon week end

Malle de peggy a dit…

jolie ta maison de rêve!! mais sois courageuse et entretien bien tes outils de jardin..car il y a du boulot!!!lol

bisous
peggy

Enitram a dit…

Il était une fois... UNE HISTOIRE NOSTALGIQUE QUI FLEURE BON LA CAMPAGNE... Bravo et bonne chance au sympathique concours d'une copinaute!
Dans ta tour cachée sous les frondaison, toi la princesse tu attendrais ton prince charmant, encore une histoire!!! Raconte!!!!

lady a dit…

un vrai petit roman le moment de la rentrée chez toi....bien buccolique...inoubliable...
merci pour ce beau partage...

moi c'est surtout l'accueil que j'ai préparée en pensant à la rentrée des enfants au pré-scolaire...;)

lyxxx

Anonyme a dit…

mon Dieu, comme chacun de tes mots a résonné dans mon coeur, dans ma mémoire, dans ma peau... j'étais avec toi dans le champ de patates, la sueur au front que l'on essuie d'un revers de poignet, la poussière qui vous démange, la tête que l'on relève pour voir le bout de la rangée... j'ai adoré "trifouillé" la terre avec toi, trier les patates... qui à droite, qui à gauche... rater le baquet choisi, râler, recommencer encore et encore. Tataze, je te dis un grand merci pour ce moment de bonheur... et cette photo familiale si évocatrice. je t'embrasse... attention ! y a un peu de terre et de sueur !

Ghislaine a dit…

Coucou Tataze,
J'ai adoré ton récit. Il a fait ressurgir de vieux souvenirs. J'ai connu un peu ce genre d'aventure, dans un seul petit champ et ce n'était pas la charrue derrière un cheval qui creusait les sillons mais un petit engin à moteur. Néanmoins, j'ai eu aussi ce sentiment en voyant toutes ces pommes de terre surgir que nous n'en verrions jamais la fin et que les sillons étaient interminables. Je n'avais même pas 10 ans à cette époque et celà me semblait démesuré. En revanche je me souviens trés bien de la pause au milieu des rangs de tomates et du parfum qu'elles dégageaient lorsqu'on les approchaient de la bouche et puis surtout ce jus frais et sucré qui me descendait dans le fond du gosier.Bises. Ghislaine

Marie-Ange a dit…

Un bien joli récit si tendre, au goût de douce nostalgie ...
J'aime tes souvenirs d'enfance.
La maison de mes rêves n'existe plus, je la décrirai pour Irma et toi dans un prochain billet.
Bisous du coeur ma chère Tataze.
Je suis heureuse de te retrouver.
Marie-Ange

Marithe et Alain a dit…

Les vacances du 14 juillet avec les écoles au monument aux morts, puis les activités liées à la terre avaient l'avantage de nous occuper et de nous apprendre la nature ensuite à la rentrée au 1er octobre on revenait aux études.... Pas besoin d'organisation spéciale d'encadrement etc...
Bon week-end

sucre-de-nain a dit…

j'ai adoré te lire j'avais l'impression d y être de partager ce moment avec toi...quelle tendresse dans tes lignes..
bises
nadine

Solange31 a dit…

De beaux souvenirs d'enfance, un dur labeur mais on sent dans ton récit le bonheur de travailler la terre en famille ! j'ai connu moi aussi le ramassage des pommes de terre mais à plus petite échelle, dans le jardin de mon grand-père, il retournait la terre et nous, les petits-enfants nous ramassions et chacun repartait le soir avec ses parents et un bon panier de "patates" !
Charmante la maison de tes rêves, j'y passerais bien quelques jours de vacances !
Bisous

lady a dit…

un dimanche passionnant pour toi...!

ly xxx

made by iSa a dit…

Tu as un don pour racoter tes souvenirs. Ca me rappelle des choses moi aussi... qd j'étais gamine, il m'est arrivé aussi d'être de corvée de"patates"... un demi-champ sous mes yeux avec le sac de jute à la main ! Souvenirs, souvenirs !

Tinou a dit…

Mon mari aussi allait aux pommes de terre, mais plus tard dans la saison , il avait le droit de manqué l'école. Moi j'étais de la ville et bien qu'ayant presque le même âge j'ai l'impression qu'on ne vivait pas à la même époque!Mais ça fait de beaux souvenirs, je n'en ai pas des comme ça!
Bisous . Tinou

Myriam a dit…

Que de beaux souvenirs d'enfance que tu nous contes si bien...
Bisous